Suite à la volte-face du Conseil-exécutif, qui veut renoncer à la cantonalisation des autorités tutélaires, le CJB fait part de ses inquiétudes.